REGISTRE

REGISTRE
. s. m.
(Quelques-uns écrivent et prononcent Regître. ) Livre où l'on écrit les actes, les affaires de chaque jour, pour y avoir recours au besoin. Les registres du conseil d'État. Les registres de la cour de cassation, de la cour royale, de la cour des comptes, etc. Les registres du greffe. Les registres de l'état civil. Le registre des mariages, des naissances, des décès. Registre mortuaire. Les registres d'un marchand, d'un banquier, etc. Le registre d'un logeur. Anciens registres. Gros registre. Tenir registre. Mettre, coucher sur le registre. Extraire quelque chose d'un registre, des registres. Extrait des registres. Cette feuille a été tirée, arrachée des registres. Registre de greffier, de notaire. Compulser les registres. Il a été obligé d'apporter son registre. Il a écrit telle chose sur son registre. On a vu par son registre... Son registre en fait foi. Rapportez-vous-en à son registre. Cet article a été biffé du registre, bâtonné sur le registre.   Charger un registre, Écrire sur le registre. Décharger un registre, Donner une décharge, et l'écrire sur le registre.  Tenir registre de quelque chose, Écrire quelque chose sur le livre, sur le registre.

Fig., Cet homme tient registre de tout, Il remarque tout exactement, et il s'en souvient.

Prov. et fig., C'est un homme qui est sur mes registres, qui est écrit sur mes registres, se dit Pour exprimer qu'on se souviendra du déplaisir qu'on a reçu de quelqu'un.

REGISTRE, en parlant D'un orgue, se dit Des bâtons qu'on tire pour faire jouer les différents jeux d'un orgue.

REGISTRE, en termes de Chimie, se dit de Certaines ouvertures qui sont au fourneau, et qu'on bouche ou qu'on débouche, selon les degrés de chaleur qu'on veut donner.

REGISTRE, en termes d'Imprimerie, se dit de La correspondance que les lignes des deux pages d'un feuillet ont l'une avec l'autre. Bon registre, L'exactitude de cette correspondance. Mauvais registre, Le défaut de cette correspondance. Faire son registre, Tirer l'une sur l'autre les deux pages d'un feuillet, de manière que les lignes se répondent exactement.

L'Academie francaise. 1835.


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»